GO.ON l Le forum de la communauté francophone de Go

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Après quelques soucis d’hébergement, le contenu du forum (images, parties, vidéos) est de nouveau disponible, encore désolé pour ses désagréments et merci encore pour votre compréhension.

    Shuwa Honinbo

    lepassant

    lepassant
    Membre GO.ON l 5K
    Membre GO.ON  l   5K

    Niveau KGS : 10 Kyu
    Messages : 162
    Points : 5292
    Mercis reçus : 69

    Documentation Shuwa Honinbo

    Message par lepassant Mer 17 Déc 2014 - 16:57

    Shuwa Honinbo 01200000232148122818594583701
    Shuwa Honinbo


       L'histoire de Shuwa devint exceptionnelle à partir de 1840, mais ce n'est pas une raison pour passer sous silence les années qui précédèrent. A commencer par 1820, année où il naquit. Il apprit le go à l'âge de 7 ans, et entra dès l'année suivante à l'école Honinbo, la plus prestigieuse de toutes. Oui, moi aussi je trouve que ça va vite, mais accrochez-vous parce que ça n'est pas fini. Shuwa va progresser régulièrement et rapidement: en 1840, année qui nous intéresse à plus d'un titre, il obtint son 7e dan.

       Arrivé à ce point, et avant de détailler les raisons pour lesquelles l'année 1840 est une année particulière dans la vie de Shuwa, je vais prendre un moment pour bien vous expliquer ce qui se joue ici. En 1840, si vous avez bien suivi, Shuwa est âgé de 20 ans. Et pourtant, il a déjà atteint un rang réservé aux maîtres dans le monde du go. Qui plus est, au XIXe siècle, le 7e dan n'a pas la même importance qu'aujourd'hui: à l'époque, il n'est pas possible d'aller au-delà de 8 dan; le 9e n'était attribué qu'à un unique joueur, le "ministre du go" ou Meijin-godokoro, poste qui ne pouvait être occupé que par celui qui aurait fait la preuve indiscutable de sa supériorité sur tous les autres. En d'autres termes, Shuwa a tout simplement parcouru la quasi-totalité des degrés du go avant même d'avoir 20 ans! Pour vous donner un élément de comparaison, Honinbo Shusaku, le plus célèbre joueur de go de l'histoire et même, selon certains, le meilleur, a attendu ses 24 ans avant de passer 7e dan. Mais ne nous égarons pas, et revenons à Shuwa.

       Je vous parlais de l'année 1840. Pourquoi revêt-elle pareille importance? Eh bien, c'est l'année où Shuwa va affronter Gennan Inseki, rien moins que le meilleur joueur de l'époque. Il s'agit du fameux Gennan de la célébrissime partie des oreilles rougissantes, partie qu'il joua contre Shusaku précisément, mais il s'agit avant tout d'un joueur extraordinaire lui aussi: tout le monde, y compris ses ennemis les plus acharnés, reconnaissait sa force, qui faisait de lui un Meijin-godokoro sans le titre. Par ailleurs, il faut savoir que leur confrontation, la confrontation en soi exceptionnelle de deux joueurs d'exception, comportait en l'espèce un enjeu supplémentaire. Gennan Inseki devait impérativement gagner s'il voulait obtenir le poste de Meijin-godokoro, qu'il convoitait alors et voyait lui échapper depuis fort longtemps. Et c'est pour faire barrage à son ambition que l'école Honinbo organisa cette confrontation qui, espérait-t-elle, permettrait par l'entremise de Shusaku de faire trébucher Gennan. C'est vous dire les espoirs que déjà l'école Honinbo plaçait en Shuwa. A l'appui de cette affirmation, j'ajouterai qu'à l'occasion de cette série de parties, Shuwa fut expressément nommé héritier de l'école Honinbo, en raison de son talent bien sûr, mais aussi et surtout afin qu'il soit l'adversaire de  Gennan (et non le maître Honinbo en titre, Honinbo Josaku, qui était tout aussi conscient de ses propres limites que du génie de ce jeune homme de 20 ans).

    Shuwa Honinbo 9f043a9d10bbc4bc72f11fd0d3bb76d2
    Pierres et bols de Shuwa Honinbo

       La première partie de la série commença le 29 novembre 1840. Elle s'acheva le 13 décembre au matin. Shuwa remporta la victoire de 4 points, ce qui était déjà remarquable. Mais ce qui l'était davantage encore, c'est que Gennan, fort impressionné par le talent de ce jeune joueur, désespéra de jamais pouvoir gagner contre lui, et préféra interrompre immédiatement la série, quand bien même pareille décision signifiait la fin de son ambition de devenir Meijin-godokoro. Du moins dans l'immédiat.
    Car en mai 1842, s'estimant suffisamment préparé, Gennan reprit la série. Son but était toujours de faire la preuve de sa supériorité absolue, condition sine qua non pour le poste convoité, aussi voulut-il vaincre Shuwa en se donnant un handicap, celui de jouer toutes ses parties avec blanc, sans alterner comme la règle le lui permettait (est-il besoin de rappeler qu'à l'époque, le komi n'a pas encore été instauré?). Et pourtant Gennan va essuyer une nouvelle défaite, de 6 points cette fois-ci. Et en novembre de la même année, il encaissa sa 3e défaite d'affilée contre Shuwa lors d'une partie au château du Shogun. A compter de ce moment, Gennan renonça à tout espoir de devenir Meijin-godokoro, et se résigna à rester 8 dan toute sa vie. La victoire de Shuwa était totale, indiscutable, définitive.

       Dès lors, il occupa une place de choix dans le monde du go. En 1847, Il devint le 14e maître Honinbo, et désigna Shusaku comme son héritier. En 1848, Il devint 8 dan. A ce stade, rares étaient les joueurs à pouvoir encore l'inquiéter. Pour preuve, seule une poignée d'entre eux pouvait se permettre de l'affronter de temps en temps sans handicap. Et en 1857, c'est donc fort logiquement que Shuwa, à son tour, proposa sa candidature au poste de Meijin-godokoro. Décidément, ce n'est plus une histoire mais un conte de fée.

       Brisons là et passons directement à l'année 1861. Quatre ans plus tard, Shuwa n'était toujours pas Meijin-godokoro, première dissonance dans l'harmonie de cette vie. Il est vrai que le gouvernement des Tokugawa traversait de graves turbulences (de fait, il va bientôt disparaître), ce qui explique que le go en général et la nomination d'un Meijin-godokoro en particulier ne constituaient plus la priorité du Shogunat depuis un certain temps. Et l'année 1861 mit un terme aux derniers espoirs que Shuwa pouvait encore nourrir à cet égard, puisqu'il essuya une défaite contre un Matsumoto Inseki, pourtant bien loin de pouvoir rivaliser avec lui d'ordinaire. Sa victoire parut d'ailleurs tellement improbable, et sa partie tellement au-dessus de son niveau habituel, qu'on en vint à penser que le fantôme de Gennan Inseki (mort en 1859) avait dû le posséder et venir prendre sa revanche sur Shuwa. Ne vous méprenez pas, il n'y a là nul mépris de ma part à l'égard de Matsumoto Inseki. Il était le premier à se rendre compte de l'énormité de l'exploit qu'il venait d'accomplir. Et c'est pourquoi, fou de joie, il fit imprimer le kifu de sa partie à plusieurs centaines d'exemplaires, qu'il distribua à tout ce que le Japon comptait d'amateurs de go. Pour ce qui est de Shuwa, conscient aussi bien des implications de cette exceptionnelle défaite que de la situation politique globale, il retira sa candidature pour le poste de Meijin-godokoro, qu'il venait de voir lui échapper irrémédiablement.

       Mais cette contrariété n'était qu'un avant-goût de ses malheurs à venir. En 1862, il eut le chagrin de voir mourir son disciple Shusaku, celui-là même qui incarnait l'avenir brillant promis à l'école Honinbo. Une promesse de plus qui ne serait pas tenue. Mais ce malheur le blessait bien plus profondément que tout autre: comme il l'écrivit au père de Shusaku, c'était plus qu'un disciple ou un héritier qu'il perdait, c'était presque un fils qui venait de mourir sous ses yeux. Et comme autrefois ses joies, les malheurs de Shuwa ne connurent pas de bornes. Après ce lamentable événement, Shuwa ne put de surcroît désigner comme nouvel héritier son meilleur élève, en raison d'intrigues internes à l'école Honinbo. Une péripétie tout au plus, certes, mais une peine supplémentaire pour cet homme, qui ne devait son ascension fulgurante qu'à son talent et qui se voyait empêcher de récompenser celui de ses élèves.

       En 1868, signe des temps, la restauration Meiji (qui venait de succéder au Shogunat) supprima purement et simplement le poste de Meijin-godokoro. Le go n'était clairement plus à l'ordre du jour. Commença alors pour Shuwa une période de difficultés financières, qui allèrent sans cesse croissantes. En tant que maître Honinbo, c'était à lui que revenait la charge de faire vivre, et même déjà survivre, son école. Et il faut voir dans quelles circonstances. En 1870, venant s'ajouter à l'instabilité politique et au dédain affiché par le gouvernement à l'égard du go, un incendie ravagea le bâtiment principal et les propriétés foncières de l'école Honinbo, la privant ainsi de sources de revenu. Et en 1871, le gouvernement cessa officiellement (car dans les faits cela avait commencé bien plus tôt) de subventionner les écoles de go.

       Les tourments de Shuwa se prolongèrent ainsi jusqu'au 2 juillet 1873, jour où il s'éteignit de dénuement et de chagrins, à l'heure la plus sombre pour le go au Japon.  Atlante englouti avant les dernières montagnes de sa terre, il pouvait en mourant craindre par-dessus le marché que le go tel qu'il l'avait connu ne le suive bientôt. Et ainsi, Shuwa fut balayé par le cours aveugle des événements, sans même se voir accorder cette consolation dernière, de savoir que le go, qui était à Shuwa ce que la sculpture était à Michel-Ange, au moins lui survivrait.


    Dernière édition par lepassant le Mer 11 Mar 2015 - 19:19, édité 30 fois


    ------------------------------------------------------------------------------
    Quand bien même l'élégance entraînerait la défaite, y renoncer pour gagner serait une défaite plus grande encore.
    lepassant

    lepassant
    Membre GO.ON l 5K
    Membre GO.ON  l   5K

    Niveau KGS : 10 Kyu
    Messages : 162
    Points : 5292
    Mercis reçus : 69

    Documentation 1e partie opposant Shuwa à Gennan (1840)

    Message par lepassant Mer 17 Déc 2014 - 16:57



    Dernière édition par lepassant le Dim 21 Déc 2014 - 19:43, édité 3 fois


    ------------------------------------------------------------------------------
    Quand bien même l'élégance entraînerait la défaite, y renoncer pour gagner serait une défaite plus grande encore.
    lepassant

    lepassant
    Membre GO.ON l 5K
    Membre GO.ON  l   5K

    Niveau KGS : 10 Kyu
    Messages : 162
    Points : 5292
    Mercis reçus : 69

    Documentation 2e partie opposant Shuwa et Gennan, appelée "l'infranchissable obstacle" (1842)

    Message par lepassant Mer 17 Déc 2014 - 16:58



    Dernière édition par lepassant le Dim 28 Déc 2014 - 11:52, édité 3 fois


    ------------------------------------------------------------------------------
    Quand bien même l'élégance entraînerait la défaite, y renoncer pour gagner serait une défaite plus grande encore.
    lepassant

    lepassant
    Membre GO.ON l 5K
    Membre GO.ON  l   5K

    Niveau KGS : 10 Kyu
    Messages : 162
    Points : 5292
    Mercis reçus : 69

    Documentation Shuwa Honinbo vs Shusaku (futur) Honinbo (1842)

    Message par lepassant Mer 17 Déc 2014 - 16:58

    Voici une de mes parties préférées. J'espère que vous y trouverez autant de plaisir que moi.




    Shuwa3.sgf
    .


    Mince, un problème d'affichage! Il manque la 2e pierre de handicap sur le hoshi sud-ouest. Quelqu'un saurait-il comment y remédier simplement?


    Dernière édition par lepassant le Sam 12 Sep 2015 - 23:36, édité 5 fois


    ------------------------------------------------------------------------------
    Quand bien même l'élégance entraînerait la défaite, y renoncer pour gagner serait une défaite plus grande encore.
    lepassant

    lepassant
    Membre GO.ON l 5K
    Membre GO.ON  l   5K

    Niveau KGS : 10 Kyu
    Messages : 162
    Points : 5292
    Mercis reçus : 69

    Documentation Shuwa Honinbo vs Inoue Matsumoto Inseki (1861)

    Message par lepassant Mer 17 Déc 2014 - 16:58



    Dernière édition par lepassant le Mer 17 Déc 2014 - 17:17, édité 2 fois


    ------------------------------------------------------------------------------
    Quand bien même l'élégance entraînerait la défaite, y renoncer pour gagner serait une défaite plus grande encore.
    Catlois

    Catlois
    Chroniqueur
    Chroniqueur

    Niveau KGS : 13 Kyu
    Messages : 1325
    Points : 10862
    Mercis reçus : 212

    Documentation Re: Shuwa Honinbo

    Message par Catlois Lun 23 Fév 2015 - 4:45

    Excellent !! Merci beaucoup pour le partage de cette histoire qui, à l'instar de nombreuses péripéties dans la vie du jeu de go, regorge de fascinantes aventures humaines Yep


    ------------------------------------------------------------------------------
    "Nous cesserons de nous battre comme des chiffonniers balourds. Nos parties seront plus aérées, plus libres, donc plus belles ; nous aurons des audaces timides ; nous apprendrons à jouer avec l'Autre comme on joue au poker, avec toute l'émotion du poker. Toute la passion du joueur, comme l'a décrit sa Légende, celle de la Dame de Pique, celle de la Défense Loujine...sera alors possible, avec cet ingrédient supplémentaire que l'émotion sera inextricablement liée, non au hasard, mais à un savoir, à l'utilisation chanceuse d'un savoir."  Petit traité invitant à la découverte de l'art subtil du go, Lusson, Perec et Roubaud, 1969

    Contenu sponsorisé

    Documentation Re: Shuwa Honinbo

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 23 Avr 2021 - 10:36